Notas sobre o funcionamento do site

Voltar à disposição inicial da página.

Restaurar

barra login

As condições de Pequim para ‘ajudar’ a Europa

A Europa quer o dinheiro da China (recorde-se a recente e falhada viagem de Merkel a Pequim) mas o governo chinês entende vender cara a ‘ajuda’ e coloca prévias condições políticas leoninas. Só depois da Europa dizer “sim”, Pequim entende estarem criadas condições para começar a falar da ‘ajuda’… Para já, o ministério chinês do Comércio (note-se, não o presidente, nem o primeiro-ministro e nem sequer o ministro do Comércio mas apenas uma mensagem no site oficial do ministério…) avisa a Europa que se quer o dinheiro chinês tem de acabar antes com os inquéritos aos ‘dumpings’ chineses! É o uso de uma arma financeira numa guerra económica pelo controlo estratégico da economia global… Há uns anos, no primeiro estudo feito sobre ‘fundos soberanos’, sua realidade, seus objectivos e seu significado, a investigadora portuguesa da École de Guerre Economique de Paris, Alice Mateus, definia essa nova arma de guerra como o instrumento de “conquista da política pela finança”. É aí que a Europa está, é isso que estamos agora a ser submetidos. Pena que Merkel não tenha lido o estudo e pena que Sarkozy que o leu não tenha sabido explicá-lo à chanceler que veio do frio.     

Crise de la dette souveraine – 23/02/2012 | 15:55 – 607 mots

La Chine pose ses conditions à une aide à l’Europa

Par Romaric Godin

Pékin réclame la suspension d’enquêtes européens sur des dumpings supposés avant de dire oui à toute participation à l’aide à l’UE pour l’aider à sortir de la zone euro. Tokyo aidera, lui, le FMI, mais réclame plus d’engagement des pays de la zone euro.

Pékin vise notamment l'enquête lancée par l'UE le 21 décembre dernier sur les importations de certains aciers chinois. Selon les autorités chinoises, cette initiative « nuira aux efforts sino-européens de répondre à la crise ». Copyright Reuters

Pékin vise notamment l'enquête lancée par l'UE le 21 décembre dernier sur les importations de certains aciers chinois. Selon les autorités chinoises, cette initiative « nuira aux efforts sino-européens de répondre à la crise ». Copyright Reuters Pékin vise notamment l’enquête lancée par l’UE le 21 décembre dernier sur les importations de certains aciers chinois. Selon Pekin, cette initiative ‘nuira aux efforts sino-européens de répondre à la crise’.
Copyright Reuters

La Chine pose ses conditions à une éventuelle aide à l’Union européenne. Le ministère chinois du Commerce a ainsi ouvertement lié jeudi son aide à la fin de deux enquêtes menées par Bruxelles sur d’éventuels dumpings menés par l’Empire du Milieu. “Quand l’économie mondiale n’est toujours pas sortie de la crise financière et que plusieurs pays européens sont englués dans la crise de la dette souveraine, tous les pays devraient adopter une attitude coopérative, ouverte et tolérante pour surmonter cette crise”, écrit le site officiel du ministère.
Pékin vise en réalité l’enquête lancée par l’UE le 21 décembre dernier sur les importations de certains aciers chinois. Enquête qui s’est ajoutée à une précédente visant les subventions recueillies par le secteur en Chine. Selon les autorités chinoises, cette enquête, que Pékin juge conforme aux règlements de l’OMC, « nuira aux efforts sino-européens de répondre à la crise ». Le message est donc clair : si Bruxelles suspend ces enquêtes, la Chine pourra envisager de venir aider l’UE avec ses réserves de changes de 2.300 milliards de dollars. Sinon, l’Europe devra se passer de la manne chinoise.

Tokyo promet 50 milliards d’euros
Le 21 juillet dernier, le conseil européen avait annoncé envisager la création d’un véhicule financier (un SPV ou Special Purpose Vehicle) destiné à recueillir des fonds privés et publics autres que ceux des pays membres de la zone euro pour venir soutenir les efforts du Fonds européen de stabilité financière (FESF) et son successeur le Mécanisme européen de stabilité. Outre cette création, toujours en attente, l’aide des pays extra-européen peut se concrétiser par l’intermédiaire du FMI qui n’a pas encore décidé du montant qu’il mettrait sur la table pour participer au plan de soutien aux créanciers de la Grèce décidé le 20 février dernier. Ce jeudi, on a appris que Tokyo, par exemple, envisageait de verser 50 milliards de dollars (environ 38 milliards d’euros) au FMI pour l’aider à agir en Europe. Le ministre des Finances japonais a néanmoins prévenu dans une déclaration commune avec son homologue britannique que « le FMI ne pouvait se substituer aux Européens eux-mêmes ». Réponse à peine voilée aux tentatives de Berlin de réclamer plus d’aide de la part de l’institution de Washington. Du reste, l’option du SPV semble désormais presque abandonnée.

Croissance
Certes, la Chine souffle le chaud et le froid. Le gouverneur de sa banque centrale avait, lundi dernier, juré que Pékin souhaitait continuer à investir dans les obligations souveraines de la zone euro. Il faut dire que le ralentissement de l’économie européenne n’est pas sans impact sur la conjoncture chinoise. Pour autant, les dirigeants de la zone euro ne peuvent désormais plus croire pouvoir financer une partie des plans de sortie de la crise par les pays asiatiques. A moins d’en accepter, bien sûr, le coût pour leurs propres acteurs économiques.

La Chine en 2030: réformes obligatoires

Une étude de la banque mondiale et d’un institut gouvernemental chinois met en garde les autorités de Pékin. Parvenue à un certain niveau de revenus, l’économie chinoise risque de décélérer rapidement. L’étude appelle à une réforme du secteur bancaire et à un changement de la gestion des sociétés détenues par l’Etat. « Le gouvernement chinois doit décider, écrivent les auteurs, s’il veut un capitalisme dominé par l’Etat ou un capitalisme de libre-échange et d’entrepreneurs ».

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posts relacionados:

1 Comentário

  1. Jorge Bravo says:

    E é tão lógico, tão evidente para a ciência politica mais elementar, tão historicamente linear e previsível, que bastava aplicar um pouco de senso comum para prever cada ocorrência e cada passo, mas para isso era necessário que houvesse vontade de querer vere ouvir, ou mesmo só de querer, como não há nada disso, só fica o silêncio da inépcia.

Deixe um Comentário

 


Compression Plugin made by Web Hosting