Notas sobre o funcionamento do site

Voltar à disposição inicial da página.

Restaurar

barra login

A China a Nu em “Le Gué du tigre”


No “Le Gué du tigre”, de Philippe Dessertine, “tudo é falso e, no entanto, tudo é verdade”… Na sequência da rocambolesca queda de Bo Xilai, Dessertina cria um dramático “huit clos” e realiza uma muito bem conseguida “géopolitique fiction” que ilumina os mais recônditos meandros do muito obscuro Partido Comunista Chinês e das tão escondidas quanto mortais guerras das suas cliques de mandarins.

“6 février 2012, consulat des Etats-Unis d’Amérique en République populaire de Chine, dans la ville de Chengdu. Il est 18 heures. L’un des policiers les plus célèbres de Chine, Wang Lijun, s’apprête à demander l’asile politique aux Etats-Unis. Il détient des secrets qui feront vaciller l’empire du Milieu. Inondés par le scandale, politiques, hommes d’affaires, hauts dirigeants verront leurs carrières brisées. Wang Lijun restera trente heures en interrogatoire. Trente heures qui modifieront le paysage géopolitique international de manière spectaculaire. Ce pourrait être de la pure fiction. Pourtant, dans ce livre, tout est vrai. Ou presque.”

“Le 6 février 2012, un membre éminent de la police de Chongdu se rend en catimini au consulat des États-Unis pour y faire des révélations capitales. La tension monte autour du consulat et une cellule de crise se met en place à Washington et à Pékin. Face à la tension qui monte, l’orgueilleuse diplomatie chinoise se révèle subtile et enveloppante tandis que la diplomatie américaine, envahie par la technologie, oscille entre grandeur d’âme et renoncement. Vu de l’intérieur par une jeune diplomate idéaliste, le livre est tourné comme un film d’espionnage. Mais la fiction est d’autant plus captivante qu’elle apprend beaucoup sur le très obscur Parti communiste chinois. C’est une plongée au cœur de la rivalité entre les Tuanpai, anciens membres de la «ligue de la jeunesse» regroupés derrière Hu Jintao et Wen Jiabao, et les princelings, princes rouges et gardiens du temple dont font partie Xi Xiping et Bo Xilai. En arrière-plan se tiennent Jiang Zemin et Zeng Qinhong et la clique de Shanghai.

Côté américain, le tableau dressé est saisissant : oreillettes et micros à l’appui, le Département d’État téléguide ses diplomates à coup de visio-conférence. De sorte que la négociation apparaît plus difficile avec leurs supérieurs hiérarchiques qu’avec leurs interlocuteurs chinois. La psychologie des personnages, le travail de recherche sur les réseaux chinois et enfin le questionnement traditionnel entre la fidélité nouée avec le partenaire diplomatique et les intérêts supérieurs de la Nation donnent à ce thriller un réalisme inattendu.”

H.D.

Le Gué du tigre, Philippe Dessertine, Éditions J’ai lu, 261 pages, 8 euros.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posts relacionados:

Deixe um Comentário

 


Compression Plugin made by Web Hosting