Notas sobre o funcionamento do site

Voltar à disposição inicial da página.

Restaurar

barra login

Afinal, Bruxelas Sabia da “Golpada” da Volkswagen…



Escândalo Volkswagen: Quanto mais se vai conhecendo da trapaça alemã, pior a coisa cheira… Agora, até de Bruxelas chega um insuportável fedor a alta corrupção política: Há mais de dois anos que Bruxelas estava ao corrente e era cúmplice… Tal como também já se sabe que estão “Dozens of managers implicated in Volkswagen scandal“… Dozens of managers! 

Scandale Volkswagen: Bruxelles au courant depuis deux ans?

Les dirigeants de la Commission européenne étaient informés depuis février 2013 que des constructeurs automobiles truquaient leurs moteurs…

Les dirigeants de la Commission européenne avaient été informés dès 2013 de la triche à la pollution.  

Les dirigeants de la Commission européenne étaient informés depuis février 2013 que des constructeurs automobiles truquaient leurs moteurs pour fausser les contrôles de niveau de pollution.

Interpellée en septembre par plusieurs pays européens, la Commission européenne n’a jamais lancé d’enquête interne au scandale Volkswagen, préférant laisser l’initiative aux pays membres. Les dirigeants européens étaient pourtant au courant du problème deux ans avant sa révélation et l’ont laissé persister, selon le Financial Times, qui cite un échange de lettres entre responsables de Bruxelles. 

Le commissaire européen à l’Environnement a averti dès 2013 ses collègues que des constructeurs automobiles truquaient des moteurs pour fausser les tests antipollution, bien avant que le scandale Volkswagen n’éclate, affirme dimanche le Financial Times. Le groupe Volkswagen, numéro un mondial de l’automobile, a reconnu en septembre qu’il avait équipé des millions de véhicules de moteurs diesel dotés d’un logiciel permettant de fausser les contrôles officiels de niveau de pollution

PUBLICITÉ

“Des préoccupations répandues”

Le commissaire à l’Environnement, Janez Potocnik, mentionne le problème dans une lettre adressée en février 2013 au commissaire à la Politique industrielle Antonio Tajani, selon le Financial Times. “Il y a des préoccupations répandues selon lesquelles la performance (des moteurs, ndlr) a été ajustée pour se conformer au cycle de tests, en dépit d’une spectaculaire augmentation des émissions en dehors de ce contexte”, a écrit Janez Potocnik, selon le journal. 

>> Lire aussi: “Mensonge”, “trahison”, “scandale”: la colère des clients français de Volkswagen 

Le scandale a éclaté en septembre lorsque les autorités américaines ont accusé le groupe Volkswagen d’avoir équipé des millions de moteurs d’un logiciel qui active les systèmes de limitation de la pollution lorsque le véhicule subit un test environnemental, mais les désactive lorsqu’il circule, ce qui entraîne des taux d’émission dangereux. 

Volkswagen a reconnu que jusqu’à 11 millions de véhicules dans le monde, de marques VW et d’autres marques du groupe, étaient équipés du logiciel tricheur. Le groupe, dont le patron Martin Winterkorn a dû démissionner, va devoir payer des milliards d’euros en coûts de rappel de véhicules et en contentieux juridiques. Des enquêtes sur la gigantesque fraude sont ouvertes en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne et aux Etats-Unis. 

 

“Dozens” of managers implicated in Volkswagen scandal

The external investigation that Volkswagen AG commissioned is making alarmingly quick (and leaky) progress.

According to the German magazine and website Der Spiegel, the circle of managers with direct knowledge of how the company falsified the emissions performance of its diesel vehicles is much wider than the company had so far indicated. Last week, Michael Horn, head of the company’s U.S. operations, had told a Congressional committee that the decision to install “defeat devices” that masked the actual level of emissions was taken by a small group, and wasn’t a corporate decision.

Der Spiegel cited company sources as saying that “at least 30 people” were involved in the scandal, and that the final number may be higher. Earlier this month, VW’s board had commissioned law firm Jones Day LLC to conduct an investigation into the affair, promising a rigorous clean-up. Spiegel’s story referred to the first preliminary findings of that investigation. These aren’t being made public yet.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posts relacionados:

Deixe um Comentário

 


Compression Plugin made by Web Hosting