Notas sobre o funcionamento do site

Voltar à disposição inicial da página.

Restaurar

barra login

Alain Juillet: “Os crimes ambientais são crimes contra a humanidade”


Tráfico de resíduos, de espécies animais, de madeiras… Os actores destas fileiras, cada vez mais lucrativas, sabem que os riscos de serem apanhados são ainda baixos.

Durante muito tempo passados em silêncio, estes ‘comércios’ que provocam degradações ambientais são hoje reconhecidos como acções criminosas, frequentemente ligadas a vastas redes mafiosas.

Um problema maior que os Estados começam a tomar em consideração. O Fórum Internacional das Tecnologias de Segurança (FITS) organizou, há dias, com a Interpol, um colóquio sobre o assunto. O seu presidente, Alain Juillet, ex-responsável da DGSE, especialista de Inteligência Económica e velho conhecido da comunidade dos nossos leitores, puxa o sinal de alarme. Entrevista. 

 

Alain Juillet: «Les crimes environnementaux sont des crimes contre l’humanité»

Le Figaro du 9/11/15

LE FIGARO. – Depuis quand parle-t-on de criminalité environnementale?

Alain JUILLET. – C’est une prise de conscience très progressive. Pendant longtemps, les pays n’y ont attaché qu’une importance très relative au regard des autres trafics. C’est Al Gore qui, le premier, a parlé des dégâts en matière d’environnement. Les ONG, qui depuis dix ou quinze ans ont une influence mondiale, ont pris le relais. Sans oublier toutes les informations qui circulent désormais sur Internet. Cette conjonction fait que les politiques commencent à se sentir obligés de regarder ces dossiers. Certains ont compris que cela pouvait être un argument électoral.

Peut-on mettre des chiffres derrière ces trafics?

Il est aujourd’hui indiscutable que cette criminalité internationale est devenue la quatrième plus lucrative, après la drogue, les faux en tous genres et le trafic de personnes humaines. S’il faut se méfier des chiffres qui circulent en milliards de dollars, il est certain que cette criminalité prend une ampleur considérable. Pourquoi? Parce que les mafias se sont rendu compte que les risques étaient faibles pour des profits très importants.

“La criminalité environnementale est devenue la quatrième plus lucrative, après la drogue, les faux en tous genres et le trafic de personnes humaines” Alain Juillet

 Les législations sont-elles à la hauteur?

 Elles ne sont pas du tout adaptées, y compris dans les pays occidentaux. Il existe des lois, mais elles sont trop imprécises contre ce genre de pratiques, longtemps considérées comme peu dangereuses. Prenons l’exemple de la France: l’année dernière, 70.000 infractions ont été relevées dans le domaine environnemental, et seules 7500 condamnations ont été prononcées.

 On constate, malgré tout, des progrès dans certains domaines, comme celui de la lutte contre le dégazage des bateaux en pleine mer…

 On a bien réussi sur ce front. Ou, tout au moins, le dégazage ne se fait plus à proximité des côtes car les bateaux savent qu’ils peuvent se faire repérer et qu’ils payeront de très grosses amendes avec des confiscations à la clé. Mais il y a bien d’autres sources de pollution…

Les trafics de déchets sont-ils plus flagrants?

Tout le monde sait aujourd’hui ce qui se passe dans une ville comme Naples. Il faut également se souvenir de l’affaire Trafigura, en 2006, en Côte d’Ivoire, qui provoqua des morts. L’entreprise a récupéré des tonnes de déchets toxiques qui devaient être traités en France. Elles ont, en fait, été déversées dans des décharges, près d’Abidjan, sans précaution. Trafigura n’est pas une organisation mafieuse, mais ses dirigeants se sont comportés comme des voyous. Pourquoi une grande entreprise agit-elle de la sorte? Parce qu’elle fait ainsi des économies considérables. Et si les responsables ont été condamnés en Afrique, il n’y a eu aucune poursuite en France contre la société mère. La Somalie est un autre exemple. Une des raisons de la dérive vers le piratage en mer dans ce pays est liée au fait que des bateaux déversaient des déchets polluants au large du pays, bien loin des côtes occidentales, et cela a tué les poissons. Devant la raréfaction de la ressource piscicole, la population somalienne a évolué vers d’autres activités!

Quels sont les autres trafics?

Ceux du bois, des espèces protégées, des défenses d’éléphant, des cornes de rhinocéros, de la pêche… Le combat en Méditerranée contre les dégradations de la pêche au thon a été épique. Derrière la pêche à la légine (un poisson des mers australes très recherché au Japon et aux États-Unis, NDLR), se cachaient de véritables organisations criminelles. Un des problèmes majeurs reste que beaucoup de trafics se font ailleurs que chez les commanditaires. C’est ainsi qu’on a vu des sociétés prendre des déchets d’hôpitaux allemands et venir les enfouir en France… Toujours en violation complète des normes internationales et de la réglementation du pays. Dès que les trafiquants sortent de leur pays d’origine, ils considèrent qu’il n’y a pas de risques.

Quelles solutions préconisez-vous?

Une prise de conscience émerge au niveau mondial afin de préserver l’environnement pour l’avenir. Dans leurs discours, les écologistes défendent des valeurs, mais personne ne parle de sécurité environnementale. On passe donc complètement à côté de cette énorme source criminelle de profits qui ne cesse de croître. Il faudrait arriver à mettre tout le monde d’accord sur un certain nombre de règles intangibles d’un point de vue universel et établir des législations très contraignantes. Ces actes ne doivent plus être considérés comme de simples fautes, mais comme des crimes, des crimes contre l’humanité.

 

http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/11/08/01008-20151108ARTFIG00112-alain-juillet-les-crimes-environnementaux-sont-des-crimes-contre-l-humanite.php


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Posts relacionados:

Deixe um Comentário

 


Compression Plugin made by Web Hosting